maréchal-ferrant

Le métier de maréchal-ferrant : un savoir-faire ancestral au service des chevaux

Le maréchal-ferrant est une profession souvent méconnue, qui allie pourtant savoir-faire traditionnel et travail quotidien auprès des chevaux. Dans cet article, nous vous proposons de découvrir les spécificités de ce métier atypique et passionnant.

InformationsDétails
SecteurSoins des sabots des chevaux, pose de fers, parfois fabrication de fers.
Salaire débutant brutDe 1 500 € par mois
Salaire moyen18 300 € brut par an​
Niveau d’études minimumCAP agricole maréchal-ferrant
Diplôme conseilléCAP agricole maréchal-ferrant, BTM maréchal-ferrant pour des responsabilités d’encadrement et de formation ou se spécialiser dans l’orthopédie équine

Qu’est-ce qu’un maréchal-ferrant ?

Un maréchal-ferrant, ou maréchale ferrante pour les femmes, est un artisan dont le rôle principal consiste à entretenir et protéger les sabots des chevaux en leur posant des fers. Ce professionnel intervient également sur d’autres animaux aux sabots similaires, comme les ânes ou les poneys. Il est donc essentiel dans la vie des cavaliers et propriétaires d’équidés, car il permet d’assurer le confort et la santé de leurs montures.

Les compétences et missions du maréchal-ferrant

Le métier de maréchal-ferrant requiert une grande diversité de compétences, aussi bien techniques que relationnelles. Voici quelques-unes des principales missions de ces artisans spécialisés :

  • Parage des sabots : cette étape préalable au ferrage consiste à égaliser et nettoyer les sabots du cheval afin de garantir sa bonne posture et réduire les risques de blessures.
  • Ferrage des chevaux : le maréchal-ferrant choisit et adapte les fers aux sabots de chaque cheval, en fonction de ses besoins spécifiques (loisirs, compétition, travail…).
  • Détection des problèmes de santé : en observant attentivement les membres inférieurs du cheval, l’artisan peut détecter d’éventuelles anomalies (boiteries, inflammations…) et orienter au besoin son propriétaire vers un vétérinaire.

Une formation professionnelle adaptée

Pour exercer ce métier, il est nécessaire de suivre une formation spécialisée, généralement proposée dans des établissements dédiés à l’apprentissage des métiers du cheval. Plusieurs niveaux de diplômes existent :

  1. Le CAPA Maréchalerie (Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole), qui permet d’acquérir les bases du métier et de commencer à travailler en tant qu’ouvrier maréchal-ferrant.
  2. Le BP JEPS Maréchalerie (Brevet professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et du Sport spécialité “Éducateur sportif” mention “Maréchalerie”), qui offre une formation plus complète et approfondie, notamment sur les aspects pédagogiques et relationnels du métier.

La formation se déroule généralement en alternance entre des périodes en centre de formation et des périodes de stage auprès de professionnels expérimentés. Il est également possible de se former en apprentissage, en travaillant directement chez un maréchal-ferrant tout en suivant les cours théoriques.

Les conditions de travail et perspectives d’emploi

Le métier de maréchal-ferrant s’exerce principalement en tant qu’artisan indépendant ou salarié dans des écuries, centres équestres ou haras. Les horaires sont généralement variables et peuvent inclure des astreintes le soir ou le week-end pour répondre aux urgences (cheval blessé, ferrure perdue…).

La demande pour ces professionnels est forte, notamment dans les régions à forte densité équestre. Les perspectives d’emploi sont donc plutôt favorables, à condition de disposer d’un bon réseau professionnel et d’être prêt à se déplacer régulièrement sur différents lieux d’intervention.

Quelques conseils pour réussir dans ce métier

Pour s’épanouir et réussir en tant que maréchal-ferrant, il peut être utile de :

  • Se spécialiser dans un domaine précis, comme le ferrage des chevaux de sport, l’orthopédie équine ou les soins aux sabots des animaux de trait.
  • Participer régulièrement à des formations continues, afin de se tenir informé des dernières avancées techniques et scientifiques en matière de maréchalerie.
  • Travailler en étroite collaboration avec d’autres professionnels du monde équestre, comme les vétérinaires, éleveurs ou entraîneurs, pour offrir un service complet et adapté à chaque cheval.

En somme, le métier de maréchal-ferrant offre une opportunité unique d’allier passion pour les chevaux et compétences techniques au quotidien. Malgré des conditions de travail parfois exigeantes, la satisfaction de contribuer au bien-être et aux performances des équidés est un moteur puissant pour ces artisans spécialisés.

Ces articles pourraient vous intéresser :